LE SUIVI CHIROPRATIQUE

Il est donc temps de passer en salle de radiographies. Les radiographies permettent de voir clairement le déplacement de la (des) vertèbre(s).   La courbe normale d’un cou se présente un peu comme la lettre « D », la barre verticale du « D » représentant la colonne vertébrale.

Lorsque la radiographie d’un cou ne présente plus de courbe, donc une ligne ou, pire encore, une courbe inversée, il y a eu déplacements des vertèbres.

 

À partir du moment où le déplacement est connu, le chiropraticien spécifique sait exactement comment replacer la vertèbre. Il peut donc procéder à l’ajustement spécifique.

L’ajustement chiropratique spécifique remet la vertèbre en place.

Afin de donner une chance de conserver l’ajustement le plus longtemps possible, il est suivi d’un repos sur le dos, dans une salle de plusieurs lits, expressément conçue pour les patients, habituellement nommée «Salle de repos».

Le repos dont la durée varie entre vingt minutes et une heure, selon l’état du patient, est suivi d’une vérification du traitement appliqué.

Comment? En repassant le neurocalographe le long des vertèbres cervicales. Si le graphique montrait une pression au niveau du tronc cérébral avant l’ajustement, il doit maintenant indiquer une amélioration du signal nerveux émis par les ramifications nerveuses recevant une dose différente d’énergie après l’ajustement. Cette amélioration est facilement vérifiable par le patient en demandant à voir les graphiques avant-après l’ajustement.