CHIRO SPÉCIFIQUE, C’EST QUOI ?

Afin de bien répondre à cette question, il va de soi que les explications biologiques ont volontairement été ramenées à leur expression la plus simple afin de vulgariser l’information au maximum pour la rendre accessible au plus grand nombre possible de lecteurs. Dans les faits, le fonctionnement du corps humain est un peu plus compliqué que cela mais le principe reste le même.

LA CHIROPRATIQUE SPINE

Serait-elle un secret des mieux gardés parmi les soins de santé ?

La Chiropratique est basée sur une philosophie vitaliste qui reconnaît simplement que la vie, à plus forte raison la santé, est l’expression d’une sagesse, une intelligence interne ou innée qui anime chacune de nos cellules tel que prévu par notre génétique. Le Dr Deepack Chopra M.D., nous dit : « L’intelligence est présente partout dans l’organisme vivant …notre propre intelligence innée est, et de loin, supérieure à quoi que ce soit d’autre, provenant de l’extérieur du corps, que nous pourrions essayer d’y substituer ».

Les chiropraticiens travaillent avec la colonne vertébrale pas seulement parce qu’elle peut-être la source des maux de cou et de dos, mais parce qu’elle enveloppe et protège le système nerveux central, ce même système qui surveille, contrôle et régularise toutes les fonctions de l’organisme, lui permettant ainsi de s’adapter à son environnement, tant interne qu’externe.

COMMENT FONCTIONNE LE CORPS ?

Lorsque nous sommes dans le ventre de votre mère, une fois la division cellulaire terminée, le premier organe à se former a été ce que l’on appelle le tronc cérébral. Il est situé à l’intérieur du crâne, en sort par le foramen magnum et descend jusqu’à l’intérieur des deux premières vertèbres cervicales, à la base de la tête, celles que l’on nomme « atlas » et « axis ».

Déjà, ce tronc cérébral agit tel un ordinateur. C’est de lui que se développe le cerveau, le cervelet, la moelle épinière, les ramifications nerveuses (nerfs) qui iront se brancher au cœur, poumons, reins, etc…

D’après vous, quelle est la partie la plus importante de votre corps? Celle qui, si on l’endommage, arrête de fonctionner instantanément, provoquant une mort instantanée.

OÙ EST L’ORDINATEUR DE NOTRE CORPS ?

On pense tous soit au cerveau ou encore à la moelle épinière? D’accord !

Commençons par le cerveau. Dans le Journal de Montréal, paraît un jour un article dont le titre est : « Une flèche lui traverse le cerveau et… il survit! ». On ne compte plus les exemples de personnes ayant reçu un projectile en divers endroits du cerveau et ayant survécu. De plus, dans une émission américaine intitulée « Nature of things » de David Suzuki, on a présenté un reportage sur le système nerveux et le cerveau. On exhibait un patient sans cerveau. Il avait bien un cervelet mais… pas de cerveau et pourtant, il était bel et vivant. Le cerveau n’est donc pas la partie la PLUS importante du corps.

La moelle épinière : vous avez très certainement entendu parler de gens qui, après un accident, se sont retrouvés paralysés parce que leur moelle épinière avait été sectionnée, ex. : Christopher Reeves. Tout dépendant du site de la blessure, ils étaient devenus hémiplégiques ou quadraplégiques mais ils vivaient. La moelle épinière n’est donc pas la partie la PLUS importante du corps.

UN SEUL ENDROIT NE PEUT ÊTRE BLESSÉ…

Il n’y a, dans votre corps, qu’UN SEUL endroit qui ne peut souffrir d’aucune lésion; le tronc cérébral, à la base du crâne et dans le cou. Le tronc cérébral est également le siège de la respiration et d’un paquet d’autres réflexes à la base de la vie.

En gros, chaque cellule de votre corps est reliée à une ramification nerveuse qui va se brancher ou passe directement dans ce centre de contrôle qu’est le tronc cérébral. Inutile de vous mentionner que la partie la plus importante du corps humain EST le tronc cérébral.

Lorsque ce tronc cérébral est libre de toute pression, il remplit magnifiquement ses fonctions qui sont, entre autres, d’envoyer l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de chaque cellule, situé au bout de chacun de ces nerfs. Mais que se passe-t-il le jour où un blocage empêche cette énergie vitale de se rendre à bon port? On peut s’attendre à voir apparaître des symptômes de dysfonction au BOUT de la section de ramifications nerveuses comprimées.

Imaginez être un passionné de botanique. Toute votre vie, vous économisez pour vous procurer un spécimen d’arbre unique au monde. Un jour, vous l’installez enfin dans votre jardin. Dans une pièce spécialement conçue, un ordinateur puissant supervise un important canal souterrain l’approvisionnant en eau et en nutriments. L’Arbre Unique grandit dans la cour, étend ses branches et fleurit.

Puis un jour, vous découvrez avec horreur qu’une section de l’Arbre Unique a séché. Des feuilles se couvrent de taches brunâtres, des branches pendouillent lamentablement… Que se passe-t-il? Vous cherchez dans les livres de botanique selon les symptômes présents, vous creusez le sol et rajoutez des nutriments. Vous enlevez les feuilles attaquées, couvrez les bonnes d’un produit spécial. Vous coupez les branches ramollies mais… rien n’y fait. L’Arbre Unique dépérit.

Un ami vous rend visite. Vous lui confiez vos craintes. Il vous pose la question suivante : « Depuis son installation, y a-t-il eu un choc qui aurait pu endommager le canal souterrain, l’empêchant ainsi de mener à bien ses fonctions? » Hésitations, interrogations de la part du propriétaire puis illumination : « Il y a eu une secousse tellurique le mois dernier, tu crois que… »

Aussitôt les vérifications d’usage sont entreprises et… croyez-le ou non, il y a bel et bien, dans le sol, un déplacement de terre occasionnant une pression sur le canal et l’empêchant de bien alimenter l’Arbre Unique. Dès que cette pression est soustraite, l’Arbre Unique se remet à prospérer et maintient une santé totale.

 

LA CHIROPRATIQUE SPÉCIFIQUE

Concrètement, il s’agit de la chiropratique pratiquée spécifiquement au niveau de l’atlas et de l’axis, les deux premières vertèbres cervicales. Ainsi, votre système nerveux central, plus précisément votre tronc cérébral aussi appelé le bulbe rachidien, contrôle l’équilibre mécanique et chimique de votre corps. Il contrôle la régénération des tissus, ainsi que la coordination organique, musculaire et hormonale. Imaginez un réseau informatique donc le tronc cérébral est le routeur transmettant l’information neurologique de part et d’autre du corps.  Le bulbe rachidien est le chef d’orchestre qui dirige chacune des cellules pour que l’harmonie se manifeste par une santé optimale. Situé à l’intérieur des deux premières vertèbres de votre cou, le tronc cérébral joue donc un rôle essentiel pour votre santé.

Les deux premières vertèbres, l’Atlas et l’Axis, sont très vulnérables aux déplacements. Ces déplacements ou « subluxations » créent une pression sur le tronc cérébral (bulbe rachidien). La pression exercée, elle ralentit l’échange d’informations neurologique, brise l’harmonie du corps sur les plans chimique, organique et musculaire. Ce désordre engendre une détérioration de votre santé et contribue à diminuer votre résistance aux maladies, bactéries et virus.  L’objectif de la Chiropratique Spécifique est précisément de détecter les déplacements et de les corriger afin de régulariser la fonction de votre système nerveux. Votre corps retrouve alors son plein potentiel de santé. Vous aurez de meilleures chances de guérir si vous vous assurez d’une circulation libre de toute entrave, de cette énergie vitale. . .

QU’EST-CE QUI PROVOQUE CE DÉPLACEMENT ?

La tête, qui pèse en moyenne une douzaine de livres, (le poids d’une boule de bowling) repose en équilibre sur l’atlas, première vertèbre de la colonne. L’atlas et l’axis (seconde vertèbre) n’ont pas de disque intervertébral entre eux. Un choc physique, émotionnel ou chimique peut provoquer un déplacement de l’atlas et/ou de l’axis.

Le premier choc physique le plus répandu est, sans contredit, la naissance. Une naissance par forceps ou ventouse (une grande pression est exercée au niveau des deux premières vertèbres cervicales), par césarienne (souvent la tête est bloquée et on la manipule sans ménagement, de façon à la dégager) provoque facilement un déplacement de l’atlas ou de l’axis.

Même une naissance dite naturelle, surtout si elle a été longue, peut générer un déplacement. C’est pourquoi les chiropraticiens recommandent, que les bébés naissant devrait être vérifié le plus rapidement possible par un chiropraticien spécifique afin de lui donner toutes les chances de se développer sainement.

Prenons par exemple Victor un de nos plus jeune patient, qui a été vérifié, et sa vertèbre replacée, à trois jours de vie seulement. Les parents se sont assurés que son corps puisse fonctionner à 100% ! 

Viennent ensuite tous les coups reçus lors d’accidents quels qu’ils soient (même si vous tombez ailleurs que sur la tête, l’onde de choc perpétrée montera jusqu’aux deux premières vertèbres et pourra provoquer un déplacement).

À 13 mois, Victor a chuté dans l’escalier menant au sous-sol. Sans tarder, sa mère le fait vérifier par son chiropraticien spécifique. La chute avait déplacé sa 1ere vertèbre, l’atlas. Le chiropraticien a dit : « Comme il a toujours été ajusté et droit, attendons une semaine afin de voir si son corps ne va pas le replacer tout seul… ». Ce avec quoi, les parents étaient d’accord. Une semaine plus tard, suite à la vérification, tout était de nouveau en place parce que les muscles, tendons et ligaments qui attachent les vertèbres de Victor avaient toujours été en bonne position et qu’ils grandissaient avec force. Ils avaient simplement repris la position qu’ils étaient habitués de conserver depuis sa naissance. 

L’impact du choc émotionnel (stress intense) est plus difficile à imaginer. Comment une émotion intense peut-elle provoquer un déplacement physique? Avez-vous déjà entendu parler d’histoires où une personne follement éprise, apprend la mort tout à fait inattendue de son conjoint? Souvent ces gens se mettent à vomir ou sont ravagés par une migraine sévère, preuve irréfutable qu’une émotion violente a un effet sur le physique.

La période de stress qui s’ensuit maintient la personne éprouvée en tension constante. L’instinct de survie pousse la musculature, par exemple le trapèze, à protéger les zones vulnérables et vitales du corps. C’est donc en remontant les épaules que le cou sera protégé. Sachant donc que les vertèbres sont reliées à des ligaments, muscles et tendons, cette tension peut alors provoquer un déplacement vertébral et comprimer les structures neurologiques.

Reste le choc chimique : respirez (le tronc cérébral est le siège de la respiration) des vapeurs d’essence pendant quelques minutes et constatez comment l’ajout d’un produit chimique va intervenir dans le bon fonctionnement de votre corps; nausées, vomissements, changement de comportement, etc… ne sont que quelques-uns des symptômes auxquels on peut s’attendre.

Le stress immense subit par le corps agit comme dans le cas du choc émotionnel, par une contraction musculaire s’adaptant à l’intensité du stress.  À l’origine de stress chimiques, on trouve les médicaments, les vitamines prises à l’excès,  les additifs chimiques alimentaires, etc…

Qui, dans sa vie, peut se targuer de n’avoir vécu aucun des trois types de chocs décrits ci-haut?

 

 

COMMENT PEUT-ON VÉRIFIER SI NOUS SUBISSONS UNE PRESSION SUR LE TRONC CÉRÉBRAL ?

En chiropratique spécifique, avant même de procéder à un replacement d’une ou l’autre de ces vertèbres (on appelle cette action : ajuster), il faut d’abord vérifiez s’il y a déplacement ou non.

Tout d’abord, il faut voir les vertèbres composant la colonne vertébrale comme des étages. À chaque étage, il y a de gros câbles (les ramifications nerveuses partant de la moelle épinière) qui sortent de chaque côté des vertèbres. Ces sections vont alimenter les groupes de cellules environnants. Si aucune pression ne s’exerce sur le tronc cérébral, l’énergie envoyée le long de ces ramifications est égale des deux côtés.

Elle dégage une chaleur qui est facilement mesurable au moyen d’un appareil de thermographie infrarouge, qui enregistre ces températures, les compare d’un côté à l’autre et les reproduit sur un graphique qu’on peut facilement analyser.

L’appareil détecte la température dégagée par les nerfs situés à droite et les nerfs situés à gauche. Les capteurs infrarouge sont appuyés de chaque côté des vertèbres cervicales de la colonne et la lecture se prend à partir de la hauteur des épaules et suit la ligne du cou pour s’arrêter à la base du crâne.

Imaginons que les câbles dégagent, à droite comme à gauche, 37° de chaleur. Donc, 37° moins 37° égale zéro. Un graphique sur lequel on n’enregistre aucune variation se traduit par une ligne droite. Donc, s’il y a pression sur le tronc cérébral et que, par conséquent, l’énergie envoyée le long des ramifications nerveuses n’est pas la même à droite comme à gauche, ni en haut comme en bas, vous obtiendrez un graphique comportant plusieurs sinuosités.

OK, C’EST DÉPLACÉ MAIS COMMENT EST-CE DÉPLACÉ ?

C’est à ce moment que les radiographies entrent en ligne de compte.  C’est LA façon de voir exactement comment sont placées vos vertèbres.

À partir du moment où le chiropraticien prend ces diverses radiographies, il SAIT comment vous ajuster.  Et cet ajustement ne sera pas forcément le même que celui du patient qui attend à côté de vous, dans la salle d’attente.

 

 

L’AJUSTEMENT…

Ce graphique est l’empreinte de votre système nerveux.  Dès qu’il apparaît,

il indique un déplacement ET un besoin d’ajustement.  Le chiropraticien

spécifique procède donc à l’ajustement des hautes vertèbres cervicales.

Il vous envoie ensuite vous REPOSER dans la salle de repos de la clinique. 

Ce repos est IMPORTANT car il permet à l’ajustement de se fixer et de se

maintenir.  Vous devez prendre ce temps pour vous.

AU RETOUR DU REPOS…

Après la période de repos décidée par votre chiropraticien spécifique, on revient vous chercher afin de vous faire vérifier.

On repasse le thermomètre sur votre nuque.  Si l’ajustement a été réussi, devrait-on voir la différence avec

l’avant ?

Voilà qui est très scientifique !  Le chiropraticien spécifique vérifie son travail. 

Il devrait maintenant y avoir une différence sur le graphique émis par le thermomètre.

Selon votre état et l’évaluation du chiropraticien spécifique, il vous reste à respecter le suivi qu’il juge bon pour votre état.

Vous êtes maintenant sur le chemin du retour vers la santé.  

Rappelez-vous que votre corps est votre véhicule pour la vie.  Prenez-en soin !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous devez être connecté(e) pour laisser un commentaire.